Mon audacieuse amie  (01)

Ça va se savoir

 

Alida passa chez Habib son voisin pour peaufiner l’écriture d’un projet qu’ils avaient commencé depuis des mois. Sans le savoir, le temps les avait rapprochés l’un de l’autre et ils ressentaient d’étranges vibrations lorsqu’ils sont ensemble. Chacun gardant ses sensations secrètes, ils se questionnaient sur l’avenir de leur relation.

Le travail terminé, les deux amis se préparèrent à manger et se régalèrent cordialement. Après, Habib s’excusa auprès d’Alida pour prendre un bain avant de la raccompagner. La jeune femme trouva la chose tentante et se morfondait  dans le canapé. La tentation devint si forte qu’elle se leva et s’empressa de se débarrasser de son pantalon jeans, son T-shirt puis ses sous-vêtements. Elle eut une petite hésitation et fixa  la direction de la salle de bain. « Et s’il  n’éprouve pas les mêmes sentiments que moi et me refoulait ? », se demanda Alida à voix basse. Balayant rapidement cette idée d’un revers de main, elle s’élança.

Habib n’avait pas fermé la salle de bain et faisait dos à l’entrée. Il profitait intensément de l’eau qui caressait son corps musclé. Alida fit des pas légers et le rejoignit sous la douche. L’eau était un peu froide et elle tressaillit. Mais la sensation était si bonne. Habib se retourna sans mot dire et elle  se blottit contre lui.  Ses mains parcoururent son corps, tentant de suivre la direction de l’eau. Le gars regretta de n’avoir ni gel, ni savon pour faire glisser confortablement ses mains sur le corps de la nana. Ses mains s’attardèrent sur la poitrine d’Alida qui entre-temps, lui avait fait dos. Elle aimait la façon dont il s’occupait de ses formes. Ses différentes caresses lui procuraient un bien fou.

Les doigts de Habib jouèrent avec les tétons qui ne tardèrent pas à durcir sous l’effet du changement de température. Elle éprouvait une sensation unique de plénitude. Si seulement elle n’avait pas osé, s’interrogeait-elle. Elle se sentit tellement bien dans les bras de son ami, qu’elle se réjouit de son audace.

Lentement, les doigts du gars caressèrent son ventre plat, puis descendirent entre ses cuisses et s’immiscèrent dans sa toison intime.  Ils cherchèrent l’abricot qu’ils trouvèrent sans difficulté.  Pendant que  le gars lui massait délicatement la petite membrane sensible, Alida ferma les yeux pour capter toutes les sensations. Au bout d’un moment, la jeune femme avait du mal à se concentrer sur ses sensations. Elle poussait des gémissements mélodieux, car son plaisir ne cessait de monter encore et encore. Une main caressant ses nichons et l’autre explorant son entrecuisse, Alida n’en pouvait plus. Elle se cambra et feula jusqu’à ce qu’elle ne libère toute cette tension à travers une violente jouissance qui agita tout son corps.

A suivre

L.R.

 

Répondre

____________________

____________________


_____________________

______________________

                                                      

Galerie photo

Connexion | Designed by