Mobilisation record les 16, 17 et 18 novembre 2017: L’opposition exprime sa solidarité aux forces de défense et de sécurité

 

« Vous êtes nos frères et sœurs. Nos sorts sont liés »

 

Ils étaient des centaines de milliers à répondre à l’appel à manifestation de la coalition de l’opposition. Depuis le 19 août 2017, les appels au retour à la Constitution de 1992, au vote de la diaspora, à la révision du cadre électoral, au déverrouillage des institutions de la République et au départ de Faure Gnassingbé s’intensifient. Les dernières manifestations ont connu une mobilisation record. L’opposition a, dans une déclaration, réitéré sa solidarité aux forces de défense et de sécurité en rappelant que militaires et civils sont liés par le même destin.

Après la pluie du 16 novembre 2017, les responsables de l’opposition, leurs militants et les populations assoiffées de démocratie ont manifesté les 17 et 18 novembre. A Lomé comme dans les autres villes du pays où ces manifestations ont été organisées, la mobilisation a battu les records le samedi 18 novembre. Cette forte mobilisation a été possible grâce à la participation des fonctionnaires et autres personnes empêchées de manifester les jours ouvrables du fait de leur statut. Mais au-delà de la mobilisation, c’est un message adressé au régime en place. « Le régime doit comprendre que c’est tout le Togo qui est contre cette minorité qui pille les richesses du pays avec Faure Gnassingbé », a déclaré un manifestant.

Les violences des miliciens du RPT/UNIR qui ont semé la désolation dans les quartiers les 18, 19 et 20 octobre 2017 sont encore vivaces dans les esprits. Malheureusement, des faits montrent encore que ces « groupes d’autodéfense », selon le ministre Yark Damehame, sont toujours actifs. Le samedi dernier, alors que le cortège quittait le Carrefour CCP à Tokoin Doumassessé (Adéwi), un individu a été arrêté par les manifestants et remis aux forces de sécurité. Il portait dans son sac une machette bien aiguisée et un couteau.

Cette présence d’individus armés d’armes blanches a été dénoncée par Jean Kissi du Comité d’action pour le renouveau (CAR) qui a adressé les mots de bienvenue de la coalition à la foule. Il a rassuré les populations que les actes d’intimidations ne viendront pas à bout de leur détermination. « Nous irons négocier, mais nous pouvons compter sur les populations qui seront debout derrière nous », a-t-il dit.

Dans son intervention, la présidente du CAP 2015 et de la coalition de l’opposition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson a assuré que « le moment de la victoire est venu et les signes sont évidents ». Comme au Zimbabwe, elle a martelé que le moment de la jubilation entre les forces armées et les civils est proche. Pour sceller cette amitié entre militaires et civils, la coalition a brandi des roses à l’endroit des corps habillés. Une rose pour chaque militaire togolais pour manifester l’amour et rappeler qu’ils sont liés par le même destin.

Pour mettre fin à ces trois jours de manifestations, une déclaration liminaire a été lue par Professeur Komi Wolou du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR). Consciente du rôle de l’armée et de la volonté du pouvoir de la manipuler pour arriver à ses fins, l’opposition s’est solennellement adressée aux Togolais qui ont choisi le métier des armes. C’est à travers la déclaration ci-dessous.

Géraud A.

 

Déclaration des Forces démocratiques à l’endroit des Forces de défense et de Sécurité

Depuis quelques mois, la crise sociopolitique que connaît notre pays est entrée dans une nouvelle phase marquée par une mobilisation accrue du peuple. Malheureusement, une fois encore de nombreuses victimes civiles et militaires sont à déplorer. Nous exprimons notre compassion et notre solidarité à tous et à leur famille. Leurs sacrifices ne seront pas vains.

Dans cette lutte héroïque, le Peuple Togolais, civils et militaires sans distinction, constitue un ensemble indivisible. Nos douleurs sont les vôtres et vos problèmes sont les nôtres. La lutte en cours ne peut être celle des civils contre les militaires ni celle des militaires contre les civils. Nous sommes tous victimes des abus d’un système caractérisé par la gourmandise d’une infime minorité au détriment de l’immense majorité des Togolais. Nous tenons donc à exprimer notre solidarité aux forces de défense et de sécurité. Vous êtes nos frères et sœurs. Nos sorts sont liés.

Nous connaissons les difficultés de tous ordres auxquelles vous êtes confrontés dans l’exercice de vos fonctions. Nous sommes conscients des difficultés liées à vos statuts. Nous sommes également convaincus de vos aspirations aux valeurs démocratiques. Soyez en rassurées.

La société que nous voulons construire est celle qui permettra l’épanouissement harmonieux de chacun et de tous, sans discriminations fondées sur la religion, l’ethnie, l’origine sociale ou la profession.

La société que nous voulons construire est celle qui permettra aussi de respecter les droits individuels des membres des forces de défense et de sécurité, officiers, sous-officiers, hommes de rang et de leur assurer un travail décent garantissant leur dignité.

Nous encourageons et soutenons les forces de défense et de sécurité dans leurs missions de défense de l’intégrité territoriale et de protection des personnes et des biens dans le respect des lois. Conformément à la Constitution togolaise et au code pénal togolais, toute torture, toute violation manifeste des droits de l’homme, même sur instruction du supérieur hiérarchique, engage personnellement la responsabilité de son auteur.

Vous êtes au service de la Nation. Vous ne devez pas vous mettre au service d’un parti, mais de la nation toute entière. C’est de cette façon que les forces de défense et de sécurité feront corps avec la nation dont elles sont issues. Nous comptons sur vous pour éviter les dérapages, l’agression des civils et les violations des droits de l’Homme pour lesquelles les ennemis du peuple pourraient vous solliciter. Vous devez respecter les civils tout autant que les civils doivent vous respecter. Vous ne devez pas permettre que le zèle et les excès de quelques-uns parmi vous ternissent l’image de toute l’institution et du noble métier que vous avez choisi.

Ensemble, construisons un Togo nouveau débarrassé de la peur, un Togo qui transcende les clivages ethniques, qui assure l’égalité de tous devant la loi, qui garantit les droits de tous les citoyens, un Togo dans lequel personne ne sera au-dessus de la loi, les dirigeants y compris.

Ne laissons personne nous opposer.

Vive les forces de défense et de sécurité. Vive le peuple togolais.

La lutte populaire est invincible

Fait à Lomé le 18 novembre 2017

Répondre

____________________

____________________


_____________________

______________________

                                                      

Galerie photo

Connexion | Designed by