Libertinage

 

Il est ressuscité pour les sans cœur-là aussi ?

Les chrétiens de par le monde ont « mangé » ce dimanche la fête pascale (pardon, ne pensez pas à Pascal Akoussoulèlou Bodjona hein, il a assez de problèmes comme ça). Ils ont en fait célébré la mort et la résurrection de Yésu Kristo. Ce n’étaient pas seulement les adeptes du fils unique de Baba God qui ont « mangé » la fête-là. Ceux qui n’ont jamais mis les pieds à l’église, ou ne le font que lorsqu’un proche serré collé meurt et ils sont obligés d’assister à sa veillée funèbre, ont aussi fêté : les « hosla », même les « vaudouisants ». Si tu restes, ça te reste, dira-t-on. Après, les gens sont allés picoler, d’autres ont même fait « cra-cra-boum-boum »

Dans tout ça, il y a une question intelligente qui nous taraude les esprits. A l’église la seconde fois depuis « happy nouya », un voisin s’est entendu dire par le pasteur que Christ est mort et ressuscité pour que tous les hommes aient la vie. Il a fait ce sacrifice pour tous, hommes comme femmes, jeunes comme vieux, les justes comme les pécheurs, les sorciers, les assassins, les voleurs…Est-ce que cela voudra dire que même les sans cœur qui régentent le pays-là depuis la moitié d’un siècle auront aussi cette bénédiction ?

On sait que les gens n’aiment pas ces genres de questions. Certains se sont sûrement fâchés déjà. Mais  on avoue que cela ne nous fait pas du bien. Sinon, pour être franc, on est tenté d’introduire un recours devant le Tribunal céleste, parce que cela parait injuste. Comment des gens qui, tous les jours que le bon Dieu fait, font preuve de « stanmina » (méchanceté) aiguë sévère à l’endroit des pauvres enfants des gens, les tuent y compris des enfants, les affament, les tapent mais leur interdisent de pleurer…peuvent-ils bénéficier des mêmes grâces que leurs victimes ?

En tout cas, les conséquences seraient dramatiques. Si c’est vrai que Yesu Kristo est mort et ressuscité pour ces méchants types qui « gouvernaillent » le pays aussi, cela veut dire que les « Gnassingbélandais » ont du souci à se faire. De gros soucis. Parce que ces types seront plus « kankpe » (forts) et bien inspirés pour continuer leur méchanceté. Et puis, finalement, ils ne vont plus vouloir lâcher l’objet le plus convoité ici, le fauteuil « prégodentiel »

Des églises pas comme les autres

Se dirige-t-on vers la fin du monde ? Tout porte à croire que nous vivons les derniers jours, car il se passe des choses invraisemblables et nous sommes en droit de croire que Jésus de Nazareth reviendra bientôt. Les églises se créent à tout bout de champ et avec des dénominations aussi bizarroïdes les unes que les autres. Mais rassurez-vous nous n’allons pas parler des cas du « Gnassingbéland », mais plutôt de nos frères « Amédaho »  du Bénin, ainsi que des Congolais, qui viennent d’innover dans leur  façon d’adorer Dieu.

Tout d’abord, chez nos voisins de l’Est, c’est une secte particulière qui défraie la chronique. Elle est créée par une « nana » qui prétend se nommer « dieu ».  Heureusement que nous ne sommes pas tombés dans son piège pour l’écrire avec grand « D». Elle draine derrière elle des milliers de fidèles et dispose de 12  apôtres à l’image de « Jésus ». Malheureusement ils n’ont trouvé mieux que de « copier-coller » des noms qu’on retrouve dans les Saintes Ecritures. Selon eux, leur « dieu » est venu  sur la terre pour restaurer l’Eglise catholique.  Et c’est une « Béninlaise » qui a eu cette mission ? Curieux quand même. Elle-même s’habille comme les évêques et fait son petit farot. Elle se dit  père de Jésus christ. Elle serait transsexuelle sûrement, car  chez nous, on n’a pas encore vu une femme qui se dit papa. Elle a trouvé « bangara » où pour « mougou » ? Elle est le vrai Pape, « Christophe XVIII », et  trouve que les gens qui sont au Vatican là  font amusement. En tout cas, on a un « dieu béninlais ». Seulement la misère y est toujours.

Nous allons prendre un vol direct pour aller au Congo du dictateur Dénis Sassou Nguesso en Afrique centrale. Là, un ministère vient de voir le jour. Une église assez particulière qui risque de ravir la vedette à celles existantes. Pour cause,  dans ce temple, on fait la promotion de la bière. Sa doctrine est fondée sur la bière. «  La bièramissile » c’est le nom que donnent les fidèles aux séances de cultes qui durent 9 heures d’horloge tous les dimanches. Pour le pasteur, la bière guérit les âmes et les corps. Sur un reportage de la chaîne Africanews, on aperçoit des fidèles,  hommes, femmes, enfants, prendre des  gorgées de bière tout en liesse.  Certains fidèles ont d’ailleurs témoigné de l’efficacité de la pratique. Plus de 5000 personnes sont déjà adeptes de cette église. Vivement qu’elle s’installe au « Gnassingbéland ». Au moins les partenaires fidèles de la  brasserie BB Lomé n’auront plus à dépenser  assez.

Course contre le sommet

S’il y a un président qui veut battre le record d’organisation de sommet de son paternel, c’est bien « Faure-vi ». Les autres fils à papa, Ali Bongo, Joseph Kabila ont visiblement d’autres chats à fouetter. Baby Gnass, lui, ne blague plus depuis un certain temps avec les histoires de sommet. Il veut se distinguer en organisant de grands sommets internationaux d’envergure même si ses concitoyens mangent difficilement à leur faim.

Après le sommet sur la sécurité maritime et le développement en Afrique, l’année dernière, Lomé va accueillir le sommet Israël-Afrique, en octobre prochain. Ne nous demandez pas pourquoi, ce sommet aussi va se dérouler en octobre. Nous ne sommes pas dans le secret des dieux du « Gnassingbéland ».

On est en avril et les contours du sommet se dessinent déjà. Il paraît qu’il  devrait accueillir une trentaine de satrapes africains, des chefs de gouvernement, des ministres, des experts et des représentants d’entreprises israéliennes dont le savoir-faire reconnu peut aider les économies africaines à se développer. Cela veut dire qu’après ce sommet, les entreprises africaines vont démarrer comme TGV.

            Les « Gnassingbélandais » ne sont pas sortis de l’ornière. La galère a élu domicile dans le pays après le dernier sommet. Plus aucune activité ne marche, mais le Prince et ses apparatchiks ne semblent guère se soucier des souffrances des populations. Ainsi se résume le mandat « anti-social » qui lui tiendrait tant à cœur.

Selon le site « kpakpatoïque » du 228, republicoftogo.com, cette conférence internationale, première du genre, n’a pas pour finalité d’attirer l’attention sur le Togo comme on peut le lire sur le site de la radio mondiale, mais bien davantage de renforcer la coopération entre l’Afrique et Israël sur les plans politique et économique.

On se rappelle comment les autorités avaient vanté les mérites du sommet sur la « shékirité » maritime. Depuis, les populations ont les yeux rivés au ciel et ont même attrapé le torticolis, attendant toujours les retombées de ce fameux sommet…

 

Répondre

____________________

____________________


_____________________

______________________

                                                      

Galerie photo

Connexion | Designed by