Education : la  FESEN réclame un calendrier, la CSET fixe le délai à fin avril 2017

Les élèves ont repris hier le chemin des classes pour le compte du 3ème trimestre de l’année scolaire 2016-2017. De leur côté, les organisations syndicales exigent la restitution des précomptes. La Coordination des Syndicats de l’Education du Togo (CSET) donne jusqu’à la fin du mois d’avril 2017 pour leur restitution. La Fédération des Syndicats de l’Éducation Nationale (FESEN), elle, exige l’élaboration d’un calendrier à cet effet.

L’année scolaire 2016-2017 est, dans l’histoire du Togo, l’une des plus éprouvantes pour les élèves, parents d’élèves et enseignants. Elle a sans doute battu tous les records dont celui de l’indifférence et du dilatoire de ceux qui gouvernent le pays. Dans notre parution N°2416 du 11 avril 2017, nous avions rapporté la volonté des enseignants de mettre fin « définitivement » à la crise qui secoue le secteur de l’éducation et qui a connu une ampleur sans précédent depuis octobre 2016. Nous avions toutefois insisté sur le fait que la seule fausse note dans cette sérénité retrouvée se situe au niveau de la reprise des cours et du remplissage des bulletins de notes. Des activités que les enseignants lient à la restitution des précomptes effectués pendant les grèves. « Parlant de la conduite à tenir, l’assemblée a décidé de ne pas revenir sur les cours sautés et de retenir les notes du second trimestre et semestre au cas où les précomptes antérieurs ne sont pas reversés aux ayants-droit », pouvait-on lire dans le compte-rendu de l’assemblée générale de Lomé tenue le 08 avril 2017.

Alors que tout semble aller pour le mieux, des voix se font entendre et deviennent de plus en plus menaçantes. Dans une intervention sur une radio de la place, le lundi 17 avril 2017, le principal responsable de la Coordination des Syndicats de l’Education du Togo (CSET), Yaovi Atsou-Atcha a réitéré les difficultés qui naitraient au cas où le gouvernement refusait de restituer les précomptes. « La proposition des épreuves et les évaluations du 2ème semestre trouveront des difficultés si on ne s’entendait pas sur la question des précomptes » a-t-il martelé.

Cette menace a été confirmée, 24 heures après par la Fédération des Syndicats de l’Éducation Nationale (FESEN) dont les responsables exigent des ministres en charge de l’éducation l’élaboration d’un calendrier qui fixe avec précision la date de restitution des précomptes aux enseignants qui en ont été l’objet. « Nous mettons d’ores et déjà la puce à l’oreille du gouvernement pour qu’on puisse nous sortir vite un calendrier de restitution des précomptes opérés sur les salaires des grévistes », a indiqué Houssimé Sénou, Secrétaire général de la FESEN ce 18 avril 2017 alors que les élèves reprennent le chemin des classes après les congés de Pâques.

Il est également revenu sur la motivation des enseignants et a rappelé que c’est sous le signe de l’espérance qu’ils débutent ce troisième trimestre de l’année scolaire. « Nous parlons d’espérance en ce sens qu’à ce jour, nous ne sommes pas en mesure de situer les uns et les autres par rapport aux précomptes prélevés sur les salaires des enseignants grévistes et à leur reversement. D’autant plus que l’année a été réaménagée et les cours seront repris entièrement et rattrapés par tous afin de mieux préparer les enfants pour les divers examens, la justice sociale voudrait que les précomptes soient reversés aux ayants-droit. Puisque le ministre de la Fonction publique a justifié les précomptes comme quoi, ils serviraient à recruter d’autres enseignants pour reprendre les cours sautés aux apprenants », a-t-il indiqué.

La CSET avait saisi, le lundi 10 avril 2017, les ministres en charge de l’Enseignement pour les relancer par rapport à la restitution des précomptes. « Aujourd’hui, les camarades enseignants dans le souci d’un travail bien fait, expriment leur bonne volonté à refaire ces cours en contrepartie des précomptes qui ‘‘ont servi d’économie’’. A cet effet, la CSET réitère sa demande de voir les précomptes reversés purement et simplement sans condition aucune à la du mois d’avril 2017. Aussi voudrait-elle informer que ces cours sautés le resteront jusqu’à satisfaction, les évaluations du deuxième semestre et du troisième trimestre seront boycottées », ont averti les enseignants.

On se rappelle qu’au cours d’une réunion du Groupe de travail, le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, Gilbert Bawara avait justifié les précomptes par le fait que « comme un maçon qui ne mérite pas sa paie pour n’avoir pas fini de construire la maison », les enseignements qui sautent les cours ne méritent pas d’être payés non plus. Il est donc compréhensible que ces derniers réclament la restitution des précomptes puisqu’ils se disent prêts à « finir la construction de la maison ».

En attendant l’ultimatum de la fin du mois d’avril fixé par la CSET et la réaction du gouvernement, les cours ont repris.

Géraud A.

Répondre

____________________

____________________


_____________________

______________________

                                                      

Galerie photo

Connexion | Designed by