Afrique: Triste fin de parcours pour Robert Mugabe!

 

A 93 ans, celui qui est passé de « messie » à « menace » au  Zimbabwé mais qui ne continue pas moins de susciter une curieuse admiration et de jouir d’une certaine popularité auprès d’une frange de la population africaine n’est pas rentré dans l’histoire. Le plus vieux dinosaure au monde encore en fonction ne concrétisera pas son rêve de présidence à vie, encore moins celui de sa femme de lui succéder. De tels artifices restent une preuve de plus de ce que la démocratie africaine est toujours en panne, tenaillée par des dauphinats politiques, des successions dynastiques et autres.

Robert Mugabe, éminente figure de la lutte indépendantiste dans son pays aurait pu rentrer dans l’histoire de son pays (ex-Rhodésie du Sud) en cédant le fauteuil présidentiel après deux ou trois mandats. Mais son désir de conservation du pouvoir a fini par lui attirer des critiques parfois très virulentes sur son manque d’ouverture aux libertés civiles et politiques dans son pays ; et son désir de léguer le fauteuil présidentiel à sa femme, encore plus d’ennuis. C’est la véritable source de ses problèmes. Comment a-t-il pu commettre cette erreur fatale de limoger son Vice-président Emmerson Mnangagwa, provoquant du coup l’ire de la grande muette qui a pris ses responsabilités, après une mise en demeure infructueuse à lui adressée de mettre un terme à la purge. Le Zimbabwé a son « Zida » : Le Général Constantino Chiwenga.

L’armée pourrait démentir un coup d’Etat, préférant se retrancher derrière une certaine opération visant certains corrompus du régime du vieux, elle ne réussira pas à gommer la réelle nature de cette opération : c’est bien un renversement des institutions établies, surtout qu’il n’y a manifestement aucune chance de voir revenir la famille présidentielle aux affaires. Curieux coup de filet visant les corrompus du régime Mugabe qui finit par une assignation de la plus haute autorité du pays en résidence surveillée.

Ne nous y trompons pas, Mugabe et les siens sont définitivement hors-jeu. Et au-delà des condamnations hypocrites, notamment de l’UA, il faut saluer une opération de salubrité publique. Le vieux n’est pas si indispensable ni aussi adoubé que sa femme le laissait croire. Le scenario le plus vraisemblable est une reprise en main de la situation par l’ex-Vice-président qui a annoncé sur son compte twitter qu’il était de retour au pays et qu’il communiquera davantage par la radio et la télévision. Cet homme aura vraisemblablement à conduire la transition politique qui devrait se dessiner dans ce pays. Candidat déclaré de son parti la Zanu-Pf à la prochaine présidentielle, Robert Mugabe, le dernier des dinosaures sort ainsi par la petite porte. Triste fin de parcours pour une figure qui était censée inspirer admiration…à l’image de feu Nelson Mandela.

Que dire au final ? La roue tourne et tournera toujours. Tel est donc pris qui croyait prendre. L’idéal, c’est de lâcher le pouvoir avant qu’il ne vous lâche, ,essieurs les dictateurs et apprentis dictateurs.

Meursault A.

 

 

Répondre

____________________

____________________


_____________________

______________________

                                                      

Galerie photo

Connexion | Designed by